YURI ON ICE

yurib
Je ne suis pas le genre de personne à faire des articles sur ce qui m’a plu ou pas. J’aime les lire et connaître les points de vue de leurs auteurs. Il m’arrive même de m’improviser bêta-lecteur. Mais, après tout, il faut bien que ce blog servent à quelque chose (le pauvre, il vivote lamentablement dans les méandres de l’internet). Et rien de tel qu’un petit article sur un anime récent pour ça.

– YURI ON ICE –
.
Pour ceux qui ne connaissent pas cet anime, pour résumer grossièrement : nous suivons Yuri Kastuki, jeune patineur de 23 ans dont le rêve est d’arriver au niveau, voire de se mesurer à son idole : Victor Nikiforov.

Tout d’abord, il faut savoir que je ne suis pas le genre de gars sensible à la hype. Je la fuis, pour être exact. Le peu de personnes m’ayant parlé de l’anime en question me l’ont très mal vendu. Les arguments avancés gravitaient autour du même sujet : le fanservice yaoi. La fanbase visible de Yuri On Ice m’a très vite gonflé. Le fait que ce soit gay n’est pas un argument de vente qui fonctionne avec moi et, j’ajouterais même que ça me provoque un sentiment d’injustice. Ceux qui ont lu mon strip DIFFÉRENT savent de quoi je parle. Mais bon, l’envie de me faire ma propre idée a pris le dessus. De un, parce que l’anime est récent (il y a donc peu d’épisodes), de deux parce que je sentais que ça allait plus loin que du boy’s love non-assumé et fanservice.
.
Comment vous dire que cet anime fut une bonne surprise ?
.
Non seulement le scénario est bon, mais c’est sans compter sur l’humour et l’intelligence du traitement psychologique des protagonistes. Les trois personnages exposés dans les premiers épisodes – Yuri Kastuki, Yuri Plisetsky et Victor Nikiforov, sont terriblement bien écrit. Et, à ma grande surprise, ce que les gens avançaient comme du fanservice se trouve être bien plus subtile que ça. Je me permets donc une aparté :

Le patinage artistique, comme toute autre forme d’art narratif, est une pratique qui demande un certain don de soi et une grande sensibilité. De manière imagé, on se retrouve nu face au public ; l’expression se fait par le corps. Et c’est là que, selon moi, l’anime devient intéressant. Nous vivons encore dans une époque où toute forme de pratique sportive de ce genre range obligatoirement les hommes dans la case : gay. Il n’est donc pas étonnant que Yuri On Ice en souffre. La sensibilité et la féminité chez l’homme est encore très mal perçue, tout comme les relations affectives démonstratives non-romantiques. Même dans l’amitié, les hommes se mettent des barrières ou se retrouvent à se justifier quand ils montrent leur affection à leur ami.
Cependant, avant de continuer, laissez-moi vous poser une question : s’il avait été question de patinage artistique féminin, est-ce qu’on aurait cantonné Yuri On Ice d’anime fanservice ? Non, ou très peu. Et pourquoi ? À cause du sport dont il est question.

Selon moi, tout ce qui se passe dans l’anime est justifié. La fascination de Yuri pour son idole est retranscrite de manière très juste. On peut pousser la réflexion plus loin en disant que Yuri est amoureux du talent de Victor, au même titre qu’un fan peut tomber amoureux de la voix de son chanteur favori. Victor et Yuri n’ont pas une si grande différence d’âge (respectivement 23 et 27 ans, si je me souviens bien) ce qui fait de Victor un très jeune entraîneur. Et pourtant, ça ne change rien à la fascination que Yuri lui porte, et ça même après l’arrivée de Yurio (15 ans) pourtant très à l’aise avec Victor. C’est encore une fois très juste. Qui n’a jamais ressentit cette impression de distance même au plus proche de cette personne qui se trouve être l’objet de notre fasciation ?

Attention, nous entrons en zone spoiler.
Reviendez quand vous aurez vu les 3 premiers épisodes.

.
Et c’est là que l’anime fait fort. De la rivalité entre les Yuri naît le désir de séduire cette personne. Et, encore une fois, la séduction n’a rien de romantique, puisque ce duel avait pour but de savoir avec qui Victor allait rester. Le fait que Yuri danse son Eros pour Victor à fait tiquer pas mal de monde et excité les yaoistes, mais c’est pourtant la démarche logique. Sinon, comment créer l’affinité artistique ? Pour ma part, j’ai trouvé très intelligent que Yuri, parfaitement conscient de ne pas être un viril séducteur, fasse le choix d’exploiter sa féminité.

Sortie de zone spoiler.
.
Cet anime est fascinant. Il est beau, la musique est magique et les personnages sont justes. Je le recommande très fortement aux gens qui cherchent une histoire travaillée, axée sur la psychologie et la recherche de soi. Yuri Katsuki, dont le personnage est vraisemblablement basé sur le patineur Yuzuru Hanyū* (médaillé d’or Olympique, et détenteur du record du monde de points), est un protagoniste auquel on peut s’identifier très facilement. En regardant au-delà de ce que l’on veut bien voir, il y a une démarche très sincère. Sans ces nuances relationnelles, Yuri On Ice se serait cantonné à l’anime sportif de base.
.
Je vais suivre cette série avec un grand intérêt, en espérant que les producteurs continuent dans cette voie. En tout cas, j’espère que cette article vous a plu. Si oui, profitez-en, ça n’arrivera pas souvent.
.
Dunky.

*allez vois ça, c’est sublime.

Publicités

6 réflexions sur “YURI ON ICE

  1. Tu as totalement réussi à mettre sur papier ce que je ressens de cet anime et que je n’arrivais pas à exprimer. Je fuis en général aussi les animes avec du fanservice yaoi, mais l’anime m’a prouvé que c’était bien différent et que ça allait bien plus loin que ça.

    Bref, un article que je pense partager pour convaincre des amis rebutés aussi par la fanbase apparente =)

    J'aime

  2. Yep.
    Merci. Beaucoup beaucoup. J’avais besoin de ce post.
    J’attendais cet anime avec énormément d’impatience. J’ai toujours adoré regarder les performances en patinage artistique (à défaut de pouvoir les faire, ahem), alors un anime là-dessus, mais c’était la joie. Le premier trailer m’avait totalement vendu la chose, la musique était belle, et les images aussi, et les persos me paraissaient sympas.
    Mais tout du long, depuis ce trailer jusqu’à aujourd’hui, j’ai été un peu gênée par cette vague de « oh génial du yaoi (oh mais pourquoi ça s’appelle « Yuri » si ça va être du yaoi??) » « oh il faut qu’ils soient ensemble ! » « Oh Victor x Yuri ! ».
    Parce que je trouve que l’anime mérite un peu mieux que ça :’) Les musiques, les animations (elles sont quand même tops, le patinage/danse c’est pas une mince affaire à animer pourtant), l’histoire, les personnalités et évolutions des personnages et le dosage entre pousser dans les clichés tout en restant réaliste, ouais, moi ça m’a carrément plu, et c’est un peu devenu la chose que j’attends dans la semaine pour me faire une pause.
    Enfin voilà.
    Merci pour l’article, du coup. Enfin ça fait du bien de se dire que les gens considèrent pas tous ça comme un « anime ultra gay et basta » et passent au-dessus du « fanservice » ;-;
    Bref, j’ai hâte de voir la suite !

    J'aime

  3. c’est ton dessin qui m’a donné envie de regarder l’animé et j’ai aussi été surprise. Il est vraiment très bien, et je ne trouve pas dedans le côté yaoi qui est vraiment gonflant à la longue. C’est un animé magnifique mais que je ne conseillerai pas à mes amies car elles sont de vraies fan de yaoi et elles détruiraient ma fascination avec les « kyah ils sont trop mignons ». Je ne suis pas d’accord, je regarde ce manga pour la beauté qui en dégage et non pour le soi disant fanservice…

    J'aime

  4. Merci pour cet article !
    C’est exactement sa Yuri on Ice et je suis contente que tu es sus totalement retranscrire ce que le studio Mappa, connu pour des animes au fond sérieux #ZankyouNoTerror #Punchline, adorent faire passer ! L’anime est à la fois, élégant, marrant et très psychologique sur ses personnages; malheureusement les gens ne font attention qu’à l’apparence de celui-ci et ne cherche pas le fond. Je suis tout aussi touché qu’ils aient prit des vrais patineurs artistiques pour créer leurs personnages et s’en inspirer, ça rend le tout vrai. #Yuzuru&EvgeniFan
    Un grand merci !

    {Je tenais à souligner que, j’ai adorée ton dessin et j’en ai fais une création graphique, sans pour but de t’offenser, par passion et car j’aime énormément ton style !
    Je voulais juste mettre en avant un Yuri charmeur et élégant : http://walkuregfx.deviantart.com/art/LP-In-regards-To-Love-Eros-Yuri-Katsuki-642273379
    J’espère que tu ne le prendras pas mal ;w; » Je voulais te prévenir ! Si tu n’aimes pas, la création ou le geste, je supprimerais bien évidemment ! *fais des roulades*}

    J'aime

    • Merci infiniment pour ce billet. Je commençais moi aussi à en avoir assez de la fanbase (alors que je ne suis pourtant jamais hostile aux ships) car je trouve vraiment dommage de réduire cet anime aux « moment gays » alors qu’il a tellement d’autres choses à offrir. Et vu que certaines personnes peuvent ne pas vouloir regarder car il y a du « yaoi » (j’avoue en avoir longtemps fait partie car le queer-baiting est quelque chose qui m’énerve profondément, quand un anime fait de l « homosexualité » son seul argument de vente c’est non pour moi) j’espère que cet article aura pu en motiver certaines à s’y intéresser. Tu soulevais également un point intéressant comme quoi les hommes « efféminés »/qui expriment leur sentiment sont automatiquement catalogués comme gay (même s’il n’y a rien de mal à l’être, les 3 ne vont pas toujours ensemble). Les gens peuvent continuer à shipper tout ce qu’ils veulent mais ce serait bien aussi de se rappeler qu’ils n’y a pas que les relations romantiques qui peuvent être intéressantes 😉
      Bref je voulais à la base juste dire que j’ai beaucoup aimé ce billet, que c’était sympa de découvrir ta plume en dehors de tes BDs et qu’on a le même point de vue mais j’ai un peu digressé je crois x)

      PS : Je me permets de te corriger sur un petit point : le personnage de Yuuri n’est pas inspiré par Yuzuru Hanyu mais par Tatsuki Machida, un autre patineur artistique japonais dont était fan la créatrice. Ce n’est pas très important et j’espère que tu ne le prendras pas mal ^^

      J'aime

  5. Merci infiniment pour ce billet. Je commençais moi aussi à en avoir assez de la fanbase (alors que je ne suis pourtant jamais hostile aux ships) car je trouve vraiment dommage de réduire cet anime aux « moment gays » alors qu’il a tellement d’autres choses à offrir. Et vu que certaines personnes peuvent ne pas vouloir regarder car il y a du « yaoi » (j’avoue en avoir longtemps fait partie car le queer-baiting est quelque chose qui m’énerve profondément, quand un anime fait de l « homosexualité » son seul argument de vente c’est non pour moi) j’espère que cet article aura pu en motiver certaines à s’y intéresser. Tu soulevais également un point intéressant comme quoi les hommes « efféminés »/qui expriment leur sentiment sont automatiquement catalogués comme gay (même s’il n’y a rien de mal à l’être, les 3 ne vont pas toujours ensemble). Les gens peuvent continuer à shipper tout ce qu’ils veulent mais ce serait bien aussi de se rappeler qu’ils n’y a pas que les relations romantiques qui peuvent être intéressantes 😉
    Bref je voulais à la base juste dire que j’ai beaucoup aimé ce billet, que c’était sympa de découvrir ta plume en dehors de tes BDs et qu’on a le même point de vue mais j’ai un peu digressé je crois x)

    PS : Je me permets de te corriger sur un petit point : le personnage de Yuuri n’est pas inspiré par Yuzuru Hanyu mais par Tatsuki Machida, un autre patineur artistique japonais dont était fan la créatrice. Ce n’est pas très important et j’espère que tu ne le prendras pas mal ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s